Caramel au beurre salé

Le 6 mai, aujourd’hui donc, c’est la journée internationale sans régime. On a pas dit la journée où tu te goinfre de n’importe quoi ! Non au contraire, le but est plutôt de sensibiliser l’opinion aux dangers des régimes et de prôner une alimentation saine et équilibrée. Je suis toujours affolée par la capacité de certaines personnes à se nourrir d’un yaourt à 0% et une demie-tomate par repas ou alors 500 g de steack haché d’un seul coup parce que c’est des protéines donc c’est bien, dans l’espoir de perdre 5 kg en une semaine… Je suis loin d’être un modèle en matière de diététique, mais enfin il ne s’agit que de bon sens.

Je suis beaucoup trop gourmande pour espérer faire un régime. D’ailleurs il suffit que je me dise que je vais essayer de faire attention pour que d’un seul coup la seule chose qui m’obsède jour et nuit c’est l’idée d’un énorme gâteau au chocolat (genre celui-là) pour moi toute seule… Aucune volonté je vous dis… Mais à côté de ça, j’adore les fruits et les légumes, j’aime les cuisiner et je me rends compte qu’on peut vraiment se faire plaisir avec des petits plats sains et sexys. Le tout c’est de prendre le temps de s’y mettre et de s’organiser. Je vais essayer de vous faire des petits articles dans ce sens prochainement. Après tout, le compte à rebours maillot de bain a débuté !

Si vous avez bien suivi, même si on va essayer d’être un peu raisonnables dans les semaines qui viennent, on ne va pas se priver pour autant ! Je vous dévoile donc la recette du caramel au beurre salé, gourmandise ultime passe-partout : sur des crêpes ou des pancakes, en topping sur une glace, comme surprise au cœur d’un fondant au chocolat bien coulant… Avec lui c’est NO LIMIT !

photo

Surtout ne vous laissez pas impressionner par le caramel, je vous livre tous ses secrets (ou en tout cas ceux qu’il m’a dévoilés) ! Tout d’abord, la 1ère erreur, celle du débutant (moi la première…) c’est de vouloir mettre de l’eau dans son caramel.

Tss tss tss, jeune padawan, pour le caramel, ton temps tu prendras !

Oui, ajouter de l’eau permet d’aller plus vite. Mais l’eau va rendre le sucre instable, tu vas vouloir touiller, ça va cristalliser, faire des morceaux tous bizarres tous poudreux, coller au fond de la casserole, bref la cata… Non, le plus simple au final, c’est de réaliser son caramel à sec (sans eau donc). Mais pas en violentant de sucre et en y mettant 500 g d’un seul coup ! Il faut y aller PRO-GRE-SSI-VE-MENT. Le meilleur conseil qu’on puisse donner c’est bien de prendre son temps et d’y aller peu à peu. Et il faut surveiller. On a l’impression qu’il ne se passe rien, alors on s’éclipse deux minutes pour aller regarder les Anges de la téléréalité la Chaine Parlementaire, et quand on revient c’est la cata, tout a cramé.

Tss tss tss jeune Simba, cesse d’être un lionceau fougueux, pose toi devant ta casserole, et ton caramel tu maîtriseras.

Depuis que je respecte ces règles simples mais fondamentales, je n’ai plus raté un caramel (avant, c’était 1 sur 2…).

Ensuite on dit aussi qu’il faut utiliser une casserole très très propre, sans la moindre impureté (en même temps j’évite d’utiliser de la vaisselle dégueulasse quand je cuisine…), du sucre en morceaux (parce qu’il est plus pur que le sucre en poudre), de ne surtout pas mélanger tant que le caramel n’est pas doré… Mais là, je le reconnais, je suis moins pointilleuse. Enfin, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Ingrédients (pour un pot à confiture) :

photo ing

200 g de sucre

100 g de crème liquide entière (à sortir du frigo un peu avant)

50 g de beurre aux cristaux de sel (ou du beurre doux + 1 cuillère à café de fleur de sel)

1. Mettre une casserole suffisamment grande et haute (évitez d’utiliser une sauteuse si vous ne voulez pas que tout déborde au moment où vous incorporerez la crème) sur feu moyen. Saupoudrer d’un peu de sucre (environ 1/3). Laisser le sucre fondre et se transformer en caramel. Lorsqu’il commence à fondre, on peut mélanger avec une cuillère en bois pour répartir la chaleur. Quand tout est fondu, ajouter le deuxième tiers de sucre. Quand le tout est couleur caramel, faire de même avec le reste.

2. Une fois que tout le sucre est transformé en caramel, il ne doit plus rester de grains de sucre non fondus et on doit obtenir une belle couleur ambrée. Là c’est le moment où vous allez vous améliorer avec le temps. Il faut que le caramel soit suffisamment foncé (pour qu’il ait du goût) mais pas trop (sinon il devient amer). Pas d’autre solution que de faire ça au feeling, en se disant qu’au pire on fera mieux la prochaine fois…

Donc une fois que le caramel est au top, ajouter la crème liquide en une fois (certaines personnes conseillent de faire chauffer la crème avant pour éviter le choc thermique. Personnellement, j’ai essayé, je n’ai pas vu la différence, alors autant se simplifier la tâche. Le tout c’est d’éviter d’utiliser une crème qui sort tout juste du frigo, et encore je ne suis pas sûre que ce soit dramatique). On appelle ça décuire le caramel (c’est pareil quand on ajoute de l’eau pour faire un caramel liquide pour napper son flamby). Attention, au contact du caramel brûlant, la crème va bouillir d’un seul coup. Donc on fait bien attention ne pas rester le nez au-dessus de la casserole, une projection de caramel dans l’œil n’étant pas vraiment recommandée… Bien mélanger pour éviter que la crème déborde. Si des petits morceaux de caramel cristallisent, pas de panique. On remet le tout sur feu doux et on mélange jusqu’à ce que les cristaux fondent.

3. Une fois le mélange bien homogène, ajouter le beurre découpé en petits dés et le sel le cas échéant. Bien mélanger encore une fois puis mettre dans un pot à confiture bien propre (et stérilisé si possible, le caramel se conservera plus longtemps). Le caramel va s’épaissir en refroidissant. Conserver ensuite au frigo.

Résister à la tentation et ne pas lécher la cuillère. La langue qui pèle, c’est pas très sexy…

photo2

Et application pratique directement, la tarte aux pommes-plus-simple-tu-meurs.

On badigeonne une pâte feuilletée de caramel. On dispose 4 ou 5 pommes Golden coupées en lamelles pas trop fines (on est généreux sur la pomme donc). On rajoute un filet de caramel sur les pommes et on enfourne pour 30 minutes à 180 °C. (Ajuster en fonction du four, la pâte doit être bien cuite et les pommes fondantes). À déguster encore tiède… Nirvana garanti !

photo tarte

ET VOILA !

Publicités

3 réflexions sur “Caramel au beurre salé

  1. Miammmmmmm……moi j’ai mis le beurre avant la crème,car on m’avait dit que la quantité de crème était modulable en fonction de la texture(plus ou moins fluide) souhaitée.Je vais essayer ta recette,la mienne était déjà très bonne.

    • Effectivement, on voit les 2 méthodes. J’ai essayé en mettant d’abord le beurre ou d’abord la crème, je n’ai pas vraiment vu de différence… J’ai trouvé ça plus facile de décuire le caramel avec la crème, ça m’a fait moins de cristaux qu’avec le beurre, c’est pour cela que j’ai retenu cet ordre. Mais rien de fondamental a priori là dessus!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s